Aidez-moi à défendre la liberté d’opinion en Belgique francophone

Fundraising campaign by Marcel Sel
  • €5,745.00
    Donated So Far
Raised offline: €1,097.00
Total: €6,842.00
Help this ongoing fundraising campaign by making a donation and spreading the word.
Show more
Show less

ATTENTION : LA CAMPAGNE EST SUSPENDUE EN ATTENDANT LE VERDICT (1er décembre).

Suite à ma série d'articles sur le victimisme, partant de l'exemple de Florence Hainaut et Myriam Leroy, celles-ci ont voulu m'imposer des droits de réponse kilométriques, injurieux, qui mettent en cause des tiers et où mon patronyme — que j'essaie de protéger — apparaît la bagatelle de 109 fois. Ceci est une des suites de mon intervention dans l'affaire du « balek-gate », où la Fédération européenne des Journalistes a — selon moi — indûment accusé l'Observatoire des Fondamentalismes d'avoir harcelé la journaliste Florence Hainaut. Ma série d'articles visait à démonter une pratique de plus en plus courante chez les néoféministes, basée sur une posture victimaire qui n'hésite pas à accuser tout critique de harcèlement au bénéfice d'une idéologie ou d'une autre.

Après mon refus motivé de publier ces droits de réponse, leurs avocat-e-s me citent à présent directement en correctionnelle où je comparaitrai déjà deux fois, le 3 novembre, pour quatre droits de réponse refusés, sans avoir fait l'objet d'une enquête, et sans être passé en chambre des mises en accusation. L'objectif est de me coller des amendes pénales, et de m'imposer de publier ces droits de réponse intégralement, au-dessus des articles, sans la moindre modification, sous peine d'une astreinte de 280 euros par jour en tout.

Si je suis condamné, même avec sursis, et que l'affaire faisait jurisprudence, tous les sites de journaux pourraient se voir imposer des droits de réponse farfelus, mensongers voire injurieux, à placer au-dessus de leurs articles (et non à côté, ou sur une page séparée), sans possibilité d'en modifier le contenu, ni la longueur. Cela vous donne une idée de la situation kafkaïenne dans laquelle l'Association des Journalistes Professionnels — qui soutiendrait ces actions — s'est mise, puisque les citations qui me visent se basent sur une doctrine juridique inverse de celle qu'elle souhaite faire adopter à l'avenir. Ou alors, ça vous donne une idée de l'hystérie qui prévaut dans cette affaire.

Dans mon cas, la réponse indispensable sous la masse de fausses informations contenue dans les droits de réponse qu'on m'a envoyés prendrait au moins 10 pages A4 de plus. Avant le début de mon article. Ce qui rendrait le tout absolument illisible, mettant de surcroît en vedette des répliques à charge, truffées d'inexactitudes et d'accusations fallacieuses qui, de mon point de vue, relèvent de l'expédition punitive.

Je suis de plus promis à d'autres citations directes, puisque je compte bien continuer ma série d'articles sur le victimisme et n'en effacer aucun tant qu'un tribunal ne me l'imposera pas. Florence Hainaut dit aussi réfléchir à me poursuivre en correctionnelle pour harcèlement. Tout cela prend bien entendu un temps fou, il m'a fallu une semaine rien que pour annoter les cinq droits de réponse que j'ai reçus pour documenter les innombrables passages fallacieux des quatre droits pour lesquels on m'envoie — je n'aurais jamais cru écrire ça un jour — en correctionnelle !

L'argent récolté servira à payer mes frais d'avocat et à défrayer mon temps de travail, ainsi qu'à couvrir d'autres suites éventuelles. Je considère que je suis engagé dans une lutte pour la liberté d'expression, d'opinion et de publication.

Sachant que selon deux sources, l'Association des Journalistes professionnels est impliquée dans le financement de ces poursuites, et que celle-ci n'a pas infirmé après que je le lui ai proposé, c'est aussi mon avenir professionnel qui est compromis, y compris au niveau littéraire. Je fais face à la corporation, rien de moins.

Cela s'ajoute à un été truffée de manœuvres diverses et variées et à cinq ans d'attaques régulières contre les activités de mon entourage, finissant par le doxing, par un journaliste de la RTBF, d'un de mes enfants (adulte).

Je ne compte rien effacer. Je compte me battre. Mais pour ça, j'ai besoin de vous — uniquement si vous pouvez vous le permettre, surtout en ces temps de covid. Un soutien moral est tout aussi apprécié.

Chaque soir, j'ajouterai à la somme récoltée par ce site celle récoltée sur PayPal ou par d'autres moyens. Vous pouvez aussi me contacter à marcelsel(at)gmail.com si vous souhaitez une autre méthode de paiement.

D'avance merci.

Ils ne passeront pas.





Organizer

Donors

€20.00
€80.00
  • Joly Nicole
  • Donated on Nov 01, 2020
€25.00

No updates for this campaign just yet

Donors & Comments

103 donors
€20.00
€80.00
  • Joly Nicole
  • Donated on Nov 01, 2020
€25.00
  • Anonymous
  • Donated on Nov 01, 2020
  • De tout coeur avec vous, Marcel.

€50.00
  • Anonymous
  • Donated on Oct 31, 2020
  • Ce n'est pas Marcel Sel qui est en jeux, mais bien la liberté d'opinion et d'expression. D'autres, chez notre grand voisin, tentent aussi de la faire taire, de manière sanglante là. La liberté d'expression ne supporte aucune compromission.

€50.00
  • Anonymous
  • Donated on Oct 29, 2020
Amount Hidden
  • Anonymous
  • Donated on Oct 28, 2020
Amount Hidden
  • Anonymous
  • Donated on Oct 28, 2020
Amount Hidden
  • Anonymous
  • Donated on Oct 23, 2020
€20.00
  • Anonymous
  • Donated on Oct 23, 2020
  • Courage, Marcel !

Amount Hidden
Show more donors

Followers

29 followers
Sophie Coopmans
Jon Montes de oca
Stefan Vidts
Eric Nachtergaele
Denis Dinsart
Yohan Bainier
Bastian Vermeylen
Paul Laurent
michel gheude
Philippe Lamair
Show more Followers
€5,745.00
Donated So Far
Raised offline: €1,097.00
Total: €6,842.00

Help this ongoing fundraising campaign by making a donation and spreading the word.

Not Ready to Donate?

Did you know a 10 second Facebook share raises an average of €25?

Share on Facebook